Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Le tissu industriel de l'écosystème grenoblois

Mis à jour le 16 juillet 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

L'attractivité et la compétitivité de l'écosystème grenoblois reposent sur l'excellence de son pôle scientifique, sur le regroupement en une seule et même place de grands instruments de recherche européens et sur la très forte synergie entre les entreprises et les acteurs de la recherche.

Grenoble est l'un des territoire les plus innovants de France grâce à son modèle de développement construit sur un partenariat historique entre l'université, la recherche et l'industrie qui a débuté au 19ème siècle avec l'hydroélectricité ("la houille blanche"), s'est poursuivi après-guerre grâce à l'appui de 3 personnalités fortes de l'industrie et de la recherche - Louis Merlin, Louis Weil et Louis Néel - et s'est engagé aujourd'hui autour de 3 secteurs porteurs :

  • Les micro-nanotechnologies et les logiciels
  • Les biotechnologies et les sciences du vivant
  • Les nouvelles technologies de l'énergie
De par son statut de technopole européenne, l'économie locale bénéficie par ailleurs de la présence de grands groupes industriels, fleurons de l’économie locale et nationale, implantés à l’international et souvent leaders sur leurs marchés.

Grenoble bénéficie d’un environnement riche dans les nanotechnologies, avec la présence de grands groupes industriels, un grand nombre de PME/PMI et de nombreux laboratoires de recherches. Ceci s’est traduit en 2002 par l’Alliance-Crolles 2, collaboration entre Freescale Semiconductor (ex-Motorola), NXP Semiconductors (scission de Philips Semiconductors) et STMicroelectronics, qui fut le plus gros investissement industriel réalisé en France depuis dix ans (avec 2,8 milliards d’euros investis). Cette alliance a pris fin en 2007 et c'est un accord entre STMicroelectronics, le CEA et IBM (appelé Nano 2012) qui lui a succédé, pour un investissement total de 2,372 milliards d'euros en recherche et développement.

Grenoble est aussi riche d'un tissu industriel diversifié où les secteurs traditionnels grenoblois (mécanique, chimie) jouent toujours un rôle prépondérant dans le tissu économique et l'emploi local.



A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Alexis Sableaux

mise à jour le 16 juillet 2014

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus