Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Toutes les actualités

[CONCOURS iGEM2019] Médaille d'or pour l'équipe grenobloise face à Parkinson !

Publié le 8 novembre 2019
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Médaille d'or pour l’équipe iGEM Grenoble 2019, qui a brillamment relevé le défi de la plus grande compétition internationale de biologie synthétique entre équipes étudiantes : le concours iGEM, organisé par le prestigieux MIT à Boston. Le groupe de 13 élèves issus de la Communauté Université Grenoble Alpes dont Hajar, Antoine, Romain et Pierre, de Grenoble INP – Phelma font partie ont également été nominés sur 3 catégories : "Best New Composite Part", "Best Diagnostics project" et "Best software tool". Félicitations à tous !

Grenoble INP - Phelma > iGEM2019

Grenoble INP - Phelma > iGEM2019

Présentation du projet NeuroDrop

La maladie de Parkinson est une des maladies neurodégénératives les plus présentes au monde, cependant son diagnostic est encore assez compliqué. Face à Parkinson, l’équipe a conçu le dispositif NeuroDrop afin de détecter cette pathologie à partir de fluides accessibles uniquement en faible volume comme les larmes ou la sueur par exemple. Un des biomarqueurs (signal biologique permettant de diagnostiquer une pathologie) de cette maladie est la protéine alpha-synucléine. Elle s'agglutine chez les malades et ces amas peuvent être détectés dans les larmes des patients.
 

L’équipe

Cette année, l’équipe est composée de 13 membres : 4 élèves ingénieurs de Grenoble INP - Phelma, 2 élèves de Sciences Po, 1 élève en double diplôme de Grenoble INP Ensimag /Grenoble Ecole de Management (GEM) et 6 élèves de l’Université Grenoble Alpes (UGA) (3 élèves en Master 1 Ingénierie pour la santé: Sciences et Management des biotechnologies, 2 élèves en Licence 3 de Biotechnologie pour la santé et 1 élève en Pharmacie. Hajar, Antoine et Pierre sont élèves dans la fiière Biomedical Engineering (BIOMED), Romain est élève dans la filière Signal, image, communication, multimédia (SICOM).

Les partenariats

L’équipe a établi des partenariats avec 15 établissements dont 6 entreprises (la fondation UGA, la fondation Grenoble INP, l'UFR de Pharmacie, le fond de financement IDEX, le fond de dotation Clinatec, le TIMC-Imag, la communauté Grenoble Alpes, le Crous Culture, le Crédit Mutuel, Carl Roth, Geneious Prime, Thermo Fisher Scientific, Promega, Euromedex, Microsynth). Ainsi, l’équipe a réussi à lever plus de 40 000€. D'autres établissements accompagnent le projet sans le financer : l'Institut de Biologie Structurale (IBS), le Laboratoire des Matériaux et du Génie Physique (LMGP) et Grenoble Institut des Neurosciences (GIN).

Un peu d’histoire

iGEM est la plus importante compétition étudiante de biologie de synthèse. Elle a été créée en 2004 par le prestigieux Massachussets Institute of Technology (MIT) à Boston. Cette compétition devenue emblématique, rassemble chaque année plus de 5000 étudiants venant de près de 50 pays différents. Pour les différentes équipes, l'enjeu est de réussir à mobiliser des compétences pluridisciplinaires, que ce soit en programmation, en biologie, en électronique, en impression 3D, en modélisation ou en bioinformatique pour élaborer en un temps très court un projet viable. Enfin, le but de cette rencontre internationale est de promouvoir et de vulgariser la science en général, d’offrir une belle expérience professionnelle aux participants et de trouver des solutions pour résoudre un problème de société et de santé publique. Cette année, l’objectif de l’équipe iGEM2019 est de créer un dispositif de détection de biomarqueurs dans de faibles volumes. En effet, dans le monde des maladies dégénératives, certaines maladies peuvent être diagnostiquées à travers une étude de la présence des biomarqueurs dans des fluides accessibles uniquement en faible volume (larme ou sueur par exemple). L’équipe souhaite également automatiser le procédé permettant ainsi de réduire drastiquement les coûts de fonctionnement et également de sécuriser la manipulation. Sur un même échantillon, il est possible de faire plusieurs analyses, et donc plusieurs détections.


 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 8 novembre 2019

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes