Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Témoignages

Sébastien, diplômé Phelma 2010 : « L'enseignement en anglais et pluridisciplinaire de BIOMED est grande force pour partir à l'étranger ou dans un grand groupe international en France. »

Publié le 24 décembre 2018
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Sébastien, diplômé 2010 est aujourd’hui « Optical Hardware Designer » chez Nokia à Ottawa au Canada.

20180223_154218.jpg

20180223_154218.jpg

Quel tronc commun avez-vous choisi en 1re année ?

Je suis rentré à l'ENSERG (Ecole Nationale Supérieur d'Electronique et de Radioélectricité de Grenoble : une des trois écoles à la base de la création de Phelma), à l'époque donc le sujet principal était l'électronique.


Quelle filière avez-vous choisie à partir de la 2e année ?

J'ai choisi Systèmes électroniques intégrés (SEI) puis électronique analogique et hyperfréquences au 2e semestre.
Pour ma 3e année, j'ai rejoint le semestre à choix Biomedical Engineering option Implantable Materials (en anglais) avec M. Bruckert.
 

Avez-vous fait des échanges à l’international ? Sous quelle forme (Double Diplôme, Filière internationale…) ? En tirez-vous parti aujourd’hui ?

Je n'ai pas fait d'échange lors des semestres de cours cependant j'ai étudié en anglais pour Biomed avec des camarades étrangers, puis j'ai fait mon PFE à l'hôpital de Dublin (Irlande) sur un sujet hybride électronique et médical : circulation sanguine artificielle. Par ailleurs lors de ma première année je suis allé étudier le slovène aux cours d'été à l'université de Ljubljana. J'ai également profité du LANSAD (LANgues pour Spécialistes d'Autres Disciplines) pour étudier 3 langues (anglais, chinois, russe) lors de ma scolarité. J'ai énormément appris en Irlande sur la façon anglosaxonne de travailler, de rédiger les CV etc. Et j'en tire pleinement parti aujourd'hui car je travaille en Ontario au Canada.
 

Que faites-vous aujourd’hui ?

Je suis "Optical Hardware Designer" chez Nokia à Ottawa, ON, Canada. Je fais de la conception électro-optique pour les systèmes télécom longue distance (appelés Photonic Service Switch) et je participe aussi aux tests sur la synchronisation ethernet (syncE et PTP) et aux premiers essais sur les technologies 5G.


Quel a été votre parcours depuis la sortie de l’école ?

A mon retour en France, suite à mon PFE en Irlande, j'ai travaillé en tant que concepteur électronique pour les bancs de test missile chez MBDA à Bourges. Puis je suis allé chez Parrot à Paris au service d'expertise électronique où j'ai fait à la fois de l'expertise technique et de la conception sur plusieurs types de projets "consumer" : drones, infotainment, bluetooth, etc.
 
J'ai énormément appris sur les protocoles civils courants: USB, WiFi et Bluetooth, GPS... J'ai par ailleurs été formé sur la conception d'antennes WiFi et j'ai moi-même réalisé les antennes sur 2 drones et sur un système infotainment, de la conception aux tests.
 
Ensuite je suis retourné dans le médical implantable chez Sorin; principalement en tant que concepteur et technical leader sur de la télémétrie pour les pacemakers et les défibrillateurs. A ce titre je me suis déplacé dans plusieurs salles d'opérations en France et j'ai eu la possibilité de mettre en application mes cours de Biomed sur la biocompatibilité et la physiologie cardiovasculaire. J'ai aussi participé aux essais de certifications CEM sur plusieurs de mes conceptions. En tant que technical leader, j'ai travaillé en collaboration avec les équipes médicales, logiciel et mécanique, et l'approche pluridisciplinaire était similaire à celle du semestre Biomed.

Je suis ensuite allé chez Carmat en tant que concepteur électronique sur le coeur artificiel, apportant plusieurs améliorations sur la fiabilité des parties analogiques et la documentation associée (le milieu médical étant très strict sur ce point). A la fois chez Sorin et Carmat, toutes les documentations techniques étaient en anglais et j'ai aussi participé à la relecture et traduction de certains documents. Là encore, la formation biomédicale en anglais à Phelma s'est révélée très utile.
 
Finalement, bien que mon travail fût très intéressant chez Carmat j'ai voulu repartir à l'étranger suite à ma première expérience très positive en Irlande. Je suis parti au Canada après avoir obtenu mon PVT (Permis Vacances-Travail).

Je suis allé directement en Ontario car le plus gros centre de R&D électronique se situe à Ottawa et après quelques entretiens j'ai commencé à travailler chez Nokia. L'industrie télécom est un monde nouveau pour moi mais la conception électronique reste similaire d'une industrie à l'autre et mes connaissances en conception optronique et hyperfréquences grâce à mes cours de SEI, ajoutées à mes précédentes expériences professionnelles, ont facilité la transition. Le français étant inutile hors de la province de Québec, je suis heureux d'avoir pu bénéficier d'une formation en anglais en 3e année.
 

Vos études à Phelma sont-elles en adéquation avec le poste que vous occupez ?

Pour mes précédents postes, en médical implantable, oui c'était directement en lien avec mon master Biomed. Chez Nokia je reste en électronique donc cela reste en adéquation avec mes premières années, même si la partie médicale est maintenant absente.
 

Quelle est, selon vous, la force de Phelma vis-à-vis du monde du travail ?

D'un point de vue purement technique, la formation est de bonne qualité et fournit de bonnes bases théoriques pour s'adapter, en tout cas pour l'électronique. L'enseignement en anglais et pluridisciplinaire de BIOMED est également une grande force pour partir à l'étranger ou dans un grand groupe international en France. La liberté de pouvoir étudier jusqu'à 3 langues étrangères est une force, car elle permet une plus grande mobilité et flexibilité dans le monde professionnel. Par exemple j'ai étudié le chinois et bien que je ne sois pas capable de m'exprimer suffisamment bien en milieu professionnel, je n'ai aucune difficulté à travailler avec mes collègues et fournisseurs chinois et je ne souffre pas de chocs culturels. Enfin, Grenoble INP est reconnu par plusieurs gouvernements, dont le gouvernement canadien, ce qui facilite énormément les démarches d'immigration en vue d'obtenir une résidence permanente.
 

Racontez-nous un souvenir qui vous a marqué durant votre parcours à Phelma.

J'ai plusieurs bons souvenirs à l'ENSERG/Phelma mais, pour moi, les meilleurs proviennent de la riche vie associative de Phelma et de Grenoble INP. J'étais président de la liste UnivERG42 lors de la campagne pour le cercle en 1ère année et j'en garde un excellent souvenir; il y avait une bonne compétition entre les 3 listes et une très bonne ambiance avec les autres écoles qui étaient aussi en campagne; ce qui m'a permis de nouer des liens avec des élèves étudiants des domaines différents et je garde encore aujourd'hui plusieurs contacts professionnels de cette époque. Cela m'a aussi permis de développer mon leadership et mes capacités de travail en équipe. J'ai ensuite rejoint le Bureau International de Grenoble INP pour l'accueil des étudiants étrangers ce qui m'a donné le goût de travailler avec des personnes d'horizons différents et la chance d'avoir des amis dans de nombreux pays. J'étais le parrain de deux finlandais qui travaillent maintenant chez Nokia à Espoo. Retrouver ces 2 personnes près de 10 ans après en tant que collègues était une excellente surprise.

 


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 21 décembre 2018

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes