Aller au menu Aller au contenu

Témoignage d'un diplomé de la promotion 2002

Publié le 4 juillet 2011
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Cursus et emploi actuel
> Aujourd'hui - 2007 : ingénieur R&D dans le département Électrochimie et matériaux d'IFP Energies nouvelles / Chef de projet batteries du Centre Résultats Transports d'IFP Energies nouvelles.
> 2007 - 2006 : Post-doctorat au LMOPS sur le vieillissement des cœurs de pile à combustible
> 2005 - 2002 : Thèse CIFRE avec SAGEM S.A. sur les piles aluminium-air réalisée au LEPMI
> 2002 : Master électrochimie INP Grenoble - stage sur les supercondensateurs chez SAFT Bordeaux.
> 2002 - 1999 : école d'ingénieur ENSEEG - INP Grenoble
> 1999-1996 : prépas PCSI / PC
> 1996 : Bac S


Pourquoi avez-vous choisi de faire le master électrochimie et procédés à l'époque ?
- Goût pour l'électrochimie
- Envie de faire de la recherche / une thèse
- Potentialité d'emploi dans plusieurs domaines

Comment analysez-vous aujourd'hui ce choix ?
Choix sans regrets car j'ai trouvé sans difficulté un emploi stable en R&D dans un domaine porteur : les batteries pour véhicules hybrides et électriques et dans un centre de recherche réputé.

Ce domaine a-t-il d'après vous toujours autant d'avenir aujourd'hui ?
Oui : compte tenu de la forte demande dans le domaine des systèmes de stockage avec le fort développement des véhicules hybrides et électriques et le besoin croissant en stockage pour les productions d'énergie intermittentes et compte tenu du besoin fort et constant des industriels dans le domaine de la corrosion (milieu chimique et pétrochimique en particulier).

Quels conseils donneriez-vous aujourd'hui à un étudiant s'interrogeant sur l'opportunité de faire ce master ?
Ne pas se poser de questions car le besoin en électrochimistes dans plusieurs domaines est une constante malgré les "modes" :
> systèmes de stockage de l'énergie : batteries, supercondensateurs, piles à combustibles,...
> corrosion : la corrosion existe et existera toujours dans les installations ce qui coute très cher aux industriels qui sont donc prêts à financer de la recherche dans le domaine. De plus, de nouveaux axes font naître de nouveau domaines de recherche dans en corrosion. Par exemple : la corrosion dans les installations de production de biocarburants ou dans l'installation de captage et stockage géologique du CO2 ...


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 4 juillet 2011

Contacts

Responsable pédagogique
Marian CHATENET
Tél +33(0)4.76.82.65.88
Secrétaire
Fina FIORCAPUCCI
Phelma Minatec : Bureau M415
+33(0)4.56.52.91.22
Phelma Campus : Bureau C117
+33(0)4.76.82.67.22

Parcours PIME à Pagora
Scolarité Pagora

Stages de Master
Service Relations Entreprises
Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes