Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Anaïs, étudiante en 1re année Phelma (2015), membre de l’Association Cheer Up

Publié le 12 juin 2015
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
12 juin 2015

Dès son entrée à l’école (2014-2015), Anaïs s’est engagée dans l’association Cheer Up qui aide des jeunes atteints de cancer à réaliser un de leur projet. Anaïs nous parle de la vie à l’école et de son engagement.

photo Anaïs NGUYEN.jpg

photo Anaïs NGUYEN.jpg


Pourquoi avoir choisi Grenoble ?


J'ai choisis Grenoble, en particulier pour l'école Phelma car c'est une des seules qui propose la filière biomédicale.


Appréciez-vous la ville et la région : ambiance, sports, culture, logement ... ?


La région est tout à fait différente de celle d’où je viens, c'est donc un changement plutôt perturbant au début mais auquel on finit par s'habituer ; le cadre des montagnes est très agréable ! L'ambiance de la ville est très sympa et motivante pour ceux qui veulent skier, et ceux qui comme moi veulent apprendre à skier !

Comment trouvez-vous la vie étudiante à Phelma (activités proposées par les associations étudiantes de l'école) ?



La vie étudiante à Phelma est particulièrement attractive, avec un large choix d'associations, allant du domaine caritatif jusqu'à l’oenologie ! C'est un panel qui permet donc à quiconque le souhaite de s'investir et chacun peut trouver une association qui lui correspond.

Pourquoi avoir choisi de vous investir dans la vie associative de Phelma, en particulier l’association Cheer Up ?


Après deux ans de classes préparatoires, je voulais m'investir dans l'associatif pour faire des choses concrètes. Si j'ai choisis Cheer Up, c'est parce que c’est une association qui a un but réel et qui permet d'aider les gens. De plus, je pense que les jeunes atteints de cancer ont encore plus besoin qu'on leur montre qu'ils ne sont pas seuls, qu'ils sont soutenus et que la vie peut continuer pour eux aussi malgré la maladie, en réalisant des projets qui leur tiennent à coeur.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Josiane Buissiere

mise à jour le 6 juillet 2016

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus