Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Témoignages

Christian, président du Bureau Des Arts : « Pour moi, l’objectif premier d’un BDA est de briser le mur entre l’art et les étudiants ! »

Publié le 12 novembre 2018
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
12 octobre 2018

Christian a choisi Grenoble et Phelma pour faire ses études, il a souhaité s’investir dans la vie associative de l’école en parallèle de ses études.

photo gala phelma.jpg

photo gala phelma.jpg



Quel est votre ressenti sur votre cursus depuis votre arrivée à l'école ?

C’est un cursus qui, en première année, balaie un spectre très important de secteurs, allant de la physique et des matériaux à l’électronique et l’informatique, sans oublier les différents modules d’ouverture comme l’économie ou encore la gestion d’entreprise. Cela permet de faire un peu de tout ! En 2e année, je me suis orienté vers la filière Systèmes électroniques intégrés (SEI).
 

Appréciez-vous la ville et la région : ambiance, sports, culture, logement... ?

La ville de Grenoble est vraiment une ville à part, le domaine associatif y est très présent, et beaucoup d’évènements sont organisés. Un quart de la population est étudiante, c’est donc vraiment une ville parfaite pour étudier. Les tarifs pour les étudiants sont très avantageux, notamment dans les transports publics ou encore dans les fast-foods et restaurants. Qui plus est, c’est une ville très « écolo » avec beaucoup d’espaces verts, c’est un bonheur au printemps, et on peut louer un vélo à l’année pour se déplacer à bas prix.
Grenoble est aussi une ville très sportive. Il y a un très large choix de sports, notamment dans le cadre universitaire, comme les sports d’hivers, randonnées en raquettes, ski, snowboard. Là encore, les tarifs sont très avantageux pour les étudiants.
Pour ce qui est de la culture, c’est une ville très bien lotie. Que ce soient les nombreux concerts, les musées ayant des programmations très animées, ou encore le développement de l’art de rue, à Grenoble vous trouverez de quoi faire !
Et que serait Grenoble sans ses montagnes ! C’est un vrai plaisir de se réveiller un matin d’hiver avec les montagnes enneigées tout autour.
 

Comment trouvez-vous la vie étudiante à Phelma ?

A Phelma, il y a énormément d’activités qui sont proposées dans le cadre associatif. Ajoutez à cela les associations de Grenoble INP et vous trouverez assurément votre bonheur. Que vous vouliez monter un groupe de musique, faire des actions solidaires, de la robotique, de la photo ou de la vidéo, du gaming, travailler pour le journal de l’école, etc.
 

Pourquoi avoir choisi de vous investir dans la vie associative du BDA ?

Dès l’intégration, j’ai beaucoup apprécié les évènements proposés par le BDA précédent. J’avais déjà un goût prononcé pour l’organisation d’évènements avant cela. De plus, l’art semble souvent inaccessible aujourd’hui, on pourrait penser que pour faire de l’art il faut avoir un talent inné. Mais c’est là où beaucoup se trompent, aujourd’hui en tant que président du BDA je veux amener l’art aux étudiants, et leur montrer que même sans talent on peut apprécier et faire de l’art. C’est pour moi l’objectif premier d’un BDA, briser ce mur entre l’art et les étudiants !

Pour conclure votre témoignage, avez-vous une petite anecdote à nous raconter ?

Avant d’être président du BDA j’étais vice-président et responsable du film de dévoilement projeté durant la campagne pour devenir BDA. A ce titre, mon appartement était devenu tout un studio de film. Dans le salon il y avait un fond vert installé de manière quasi permanente, avec deux caméras sur des trépieds, des lumières halogènes et des tas d’accessoires éparpillés un peu partout. Et dans ma chambre, on était quatre à faire du montage vidéo sur nos ordinateurs avec des cartons à pizzas. L’expérience de la campagne BDA est vraiment enrichissante, et les personnes avec lesquelles vous partagez cette expérience deviennent alors une seconde famille pour vous.

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Valerie Exshaw

mise à jour le 19 novembre 2018

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes