Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Jordan 22 ans : «la voie c’est de saisir les opportunités»

Publié le 22 juin 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué 21 mars 2016

Originaire d’Annecy, Jordan a chaussé pour la première fois les skis à 2 ans et demi. Victime d’un accident de moto en 2009, il doit être amputé de la jambe gauche et 2 nerfs moteurs à l'épaule gauche sont sectionnés. Au réveil, sa seule motivation est de retrouver les pistes de ski au plus vite. Après sept mois de rééducation, il reprend les skis en décembre 2009 et retrouve rapidement ses repères avec une prothèse provisoire adaptée. Aujourd’hui, son objectif à long terme est de participer aux prochains Jeux Paralympiques de 2018 à Pyeongchang en Corée du Sud. Rencontre avec un élève ingénieur sportif de haut niveau qui nous fait rêver à force de volonté.

j-broisin.jpg

j-broisin.jpg

Pouvez-vous nous parler de votre parcours académique ?

Après les concours, je suis admis à Grenoble INP - Phelma, que j’avais choisi pour son cursus en Electronique et Télécom et pour son environnement alpin. Cela me permet d’aller au ski régulièrement et de participer à toutes les courses handisport de la région. Aujourd’hui, je suis en 3ème année à Phelma en filière « Systèmes et Logiciels embarqué », commune avec l’Ensimag.
En plus de ce cursus d’ingénieur sous le statut Sportif de Haut Niveau, je réalise également un double diplôme : le Master management spécialité Administration des entreprises de l'IAE de Grenoble. Ce double diplôme est une corde de plus à mon arc qui me permettra d’avoir accès à une plus grande variété de postes. Je vais achever ce double cursus en janvier 2017 avec mon Projet de Fin d’Etudes d'avril à septembre. Ce timing  colle bien avec  le calendrier de la saison sportive.
 

Justement comment arrivez-vous à concilier ce double challenge : de grandes (doubles) études et une carrière sportive de haut niveau ?

J’ai eu ce mois-ci à mener de front mes partiels et la saison des compétitions de ski. Du fait de mon statut Sportif de Haut Niveau, mon directeur des études comme mon directeur sportif sont plutôt conciliants. Ils ont tous deux conscience de ce double enjeu et de la charge de travail que cela me demande. Grâce à cette compréhension de tous les acteurs, mon cursus d’ingénieur, qui arrive à sa fin, s’est très bien passé.

Vous faites maintenant partie de l’Equipe de France de ski Handisport. Pouvez-vous nous raconter comment vous êtes arrivé à si haut niveau dans votre pratique sportive ?

En deuxième année de classe préparatoire, l’idée me vient de tenter une expérience en ski de compétition en handisport. Je suis accueilli par le Handisport Lyonnais pour participer à la Coupe de France Handisport où je termine 3ème en slalom. Ce résultat encourageant me donne envie de continuer.
Je me suis rapproché du groupe espoir de l'équipe de France suite aux championnats de France en mars 2014. Après une excellente première saison à l'international (2014-2015), je rentre dans les critères de la coupe du monde et intègre ainsi l'équipe de France.
A l’été 2014, je me suis lancé dans une campagne Kiss Kiss Bank Bank afin de financer mes besoins en équipement et en frais divers pour participer aux compétitions internationales. Cette campagne fut un succès, puisque financée à 159%. J’ai même décroché des sponsors réguliers qui me soutiennent encore à ce jour et financent entièrement mes saisons.
 

Votre prochain objectif à long terme est de participer aux Jeux Paralympiques de 2018 à Pyeongchang. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette préparation ?

Quand j’ai intégré Grenoble INP, mon but était de faire une grande carrière professionnelle, maintenant avec le ski ma perspective a changé.
Aujourd’hui la sélection pour les jeux n’est pas encore fixée, chaque pays définissant lui-même un quota d’athlètes pour les paralympiades. Si je continue dans ma progression actuelle, l’objectif devrait être atteignable : je m’en donne les moyens. On pourrait citer la maxime : « soyez ce que vous voulez » et je suis ce que je veux à l’instant présent !
Je fais 2 à 3 heures de sport hebdomadaire et je skie dès que je peux. Durant la saison, je n’ai pas vraiment le temps de m’entrainer tellement le rythme des compétitions est soutenu. Mon but aujourd’hui est d’obtenir mon double diplôme afin de me libérer du temps pour progresser encore plus la saison prochaine grâce à un investissement sportif total.
 

Pour votre pratique du handiski, votre prothèse a été réalisée par l'entreprise Chabloz, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je me suis rapproché d’eux car ils travaillaient déjà avec un skieur touché par le même handicap que moi. Nous collaborons pour faire évoluer leur solution. Ils sont très soucieux de ma performance.
Des élèves de la filière matériaux de Phelma ont également planché sur le sujet, en collaboration avec Chabloz, lors d’un projet de 3ème année. Il s’agissait d’une étude de sélection des matériaux pour savoir lequel était le plus adapté à ma pratique. J’ai beaucoup appris et je pense que ce projet collaboratif a été bénéfique pour tout le monde. Globalement, la collaboration avec Chabloz me permet de viser l’excellence en faisant des progrès constant.
 

Quel message voulez-vous faire passer en tant qu’handi athlète ?

Notre défi est de communiquer le plus possible sur notre pratique sportive. Le handisport est peu médiatisé et bénéficie de moins de sponsors et de supporters que les pratiques valides. Notre réseau est aujourd’hui beaucoup constitué de proches, nous devons nous faire connaitre pour créer un effet boule de neige. Par exemple, nous n’avons pas de certitude, à ce jour, que les Jeux Paralympiques de 2018 à Pyeongchang en Corée seront rediffusés sur de grandes chaines.

 

Derniers résultats saison 2015 - 2016 :

  • Week-end de coupe de France à Chamrousse les 23 et 24 janvier: 1er au ski cross et 2ème aux 2 épreuves de Géant,
  • Coupe du monde Kranjska Gora 15 janvier : 14ème en Géant
  • Coupe du monde Tignes : 14ème en descente et 13ème en superG
  • Coupe du monde Aspen 24 février - 4 mars : 2 fois 15ème en géant, 14ème en slalom, 16ème en descente et en superG.


Prochaines échéances :

  • Finales de coupe d'Europe à Obersaxen en suisse du 16 au 18 mars 2016
  • Championnats de France le 22 mars 2016
  • Raid Grenoble INP (Handi Raid) : 23 mars et 7 et 8 mai 2016


Soutenez Jordan en vous abonnant à sa page Facebook




Crédits photos : Yves Perret Médias et Grégory Picoud

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Valerie Exshaw

mise à jour le 22 juin 2016

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus