Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Margalida F. : filière EPEE ou master ElP, Phelma décline de manière très attractive la chimie et les procédés

Publié le 26 juillet 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué 26 juillet 2017

Rencontre avec Margalida F., étudiante espagnole qui a suivi à Phelma le master Electrochimie et Procédés (ElP) via un échange ERASMUS.

F_Margalida_Ri_Entrant

F_Margalida_Ri_Entrant

De quelle université venez-vous, pourquoi venir étudier en France et pourquoi avoir choisi le master Electrochimie et Procédés (ElP) ?

J'avais fait  mon Bachelor en génie Chimique à IQS School of Engineering à Barcelone. Mon idée était de partir en Erasmus pour ma dernière année dans une ville aussi extraordinaire que Grenoble et dans une école aussi prestigieuse que Phelma. Effectivement, que ce soit au travers des enseignements de sa filière ingénieur « Electrochimie et Procédés pour l’Energie et l’Environnement » (EPEE) ou du master ElP que j’ai suivi, l’école décline de manière très attractive cette facette de la chimie et des procédés : technologies à l'aide des matériaux durables, procédés innovants, des technologies de pointes sur les énergies renouvelables et des concepts d’éco-industrie.

A-t-il été facile pour vous de préparer votre départ ?

Initialement, il n'y avait pas d'accord d’échanges entre Grenoble INP – Phelma et l’IQS School of Engineering de Bracelone. Grâce à une très bonne coordination des bureaux de relations  internationales de chaque école et à l’action efficace de Marian CHATENET, enseignant-chercheur à Phelma et coordinateur du master, on a pu ouvrir cet accord, j'ai pu valider pas mal de sujets Erasmus et obtenir mon master après avoir réussi ma deuxième année en 2015.

Êtes-vous satisfaite des cours que vous suivez ?

Ce qui m'a particulièrement plu dans le Master ElP, c'est son caractère très tourné vers l’industrie. On a eu beaucoup de séminaires dirigés par des spécialistes de chaque domaine scientifique, pour bien comprendre l'application au niveau industriel des différents procédés et son niveau de développement pour le marché. En plus, Phelma dispose d’un professorat bien formé et très accessible. Il s'agit aussi d'un master avec beaucoup de travail en groupe et des manipulations que cela soit en laboratoire ou à Phelma-même pour maîtriser des logiciels, par exemple. Je pense que c'est une très bonne préparation pour l'insertion au monde professionnel qu'on veuille travailler pour l'industrie dans une entreprise ou se consacrer à la recherche comme c'est mon cas. Je me suis rendue compte que ce serait  très intéressant pour mon CV d'avoir fait ce master. Grâce à cette expérience en France et au contenu du master, j'ai pu obtenir une bourse Marie Curie pour ma thèse de doctorat de retour en Espagne qui cherche à synthétiser du biochar par pyrolyse de biomasse comme une alternative de production durable.

J'encourage tous ceux qui réfléchissent à l'option de rejoindre Phelma à arrêter de réfléchir et de s'y lancer. Il y a plein de bons choix, je sais  juste que en faisant le Master ElP vous n’allez pas le regretter, profitez de cette expérience stimulante !

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Alexis Sableaux

mise à jour le 12 septembre 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus