Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Témoignages

Mélanie, étudiante apprentie de la filière Microélectronique et Télécom : l’apprentissage, une autre façon d’apprendre.

Publié le 29 octobre 2018
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
12 octobre 2018

Mélanie a choisi d’intégrer la filière par l’apprentissage Microélectronique et télécom (MT). Elle est étudiante en 1re année, sa mission se déroule au sein de l’entreprise Thales Communications & Security, où elle développe des circuits numériques reprogrammables notamment pour des applications de radiocommunications et de sécurité.

20180716_083519.jpg

20180716_083519.jpg

Quel a été votre parcours avant d’intégrer Phelma ?

Avant d'intégrer Phelma, j'ai suivi un cursus de DUT GEII (Génie Électrique et Informatique Industrielle) à l'Université de Toulon.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir ingénieure par la voie de l'apprentissage ?

J'ai discuté avec de nombreux apprentis ingénieurs. Je n'y voyais que des avantages, c'était une évidence. En effet, outre l'expérience professionnelle et la spécialisation technique, cela permet d'apprendre le fonctionnement global de l'entreprise ainsi que de découvrir de nouveaux métiers. Aussi, c'est un parcours valorisant car on monte progressivement en compétences. C'est une autre façon d'apprendre et c'est ce que j'ai choisi pour me former.
 

Dans quelle entreprise se déroule votre mission ? Pouvez-vous résumer les objectifs de votre mission et quels sont les liens avec la filière MT ?

Ma mission se déroule au sein de Thales SIX GTS FRANCE S.A.S où je suis ingénieur apprentie en développement FPGA/SOC notamment pour des applications de radiocommunications et de sécurité. Le FPGA est un circuit intégré en silicium reprogrammable. Ainsi, on peut réaliser des fonctions selon un flot de conception numérique. Parfois, on peut être amené à intégrer de la mémoire, un processeur embarqué et d'autres périphériques sur la même puce, c'est ce qu'on appelle un « System On Chip » (SOC). Notre filière MT étant très axée sur les circuits intégrés et la microélectronique, cela m'aide à comprendre ce que je fais quand je conçois et réalise mon circuit.

 

Quel est votre ressenti sur votre cursus depuis votre arrivée à l'école ?

L'année passe très vite du fait de l'alternance. Le rythme est assez soutenu quand on est en cours ce qui n'est pas toujours facile surtout si l'entreprise est dans une autre région que l'école. Avec de l'organisation, on y arrive et ça vaut vraiment le coup !
 

Pour conclure votre témoignage, avez-vous une petite anecdote à nous raconter ?

Pour les filles qui hésitent à s'engager dans une telle filière, sachez que malgré les préjugés, nous sommes très bien accueillies !

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Valerie Exshaw

mise à jour le 12 octobre 2018

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes