Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Quand la recherche participe à la formation : Interview de Marianne WEIDENHAUPT, PhD, Maître de Conférence

Publié le 29 juin 2012
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
29 juin 2012

Marianne WEIDENHAUPT, chercheuse au Laboratoire des matériaux et du génie physique (LMGP) et enseignante à Phelma décrit l’intérêt pour les étudiants de recevoir des enseignements de la part des chercheurs des 11 laboratoires partenaires de Phelma.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J'ai 45 ans, je suis luxembourgeoise et j'ai étudié la biologie moléculaire et cellulaire à l'ETH de Zurich en Suisse. J'y ai enchaîné mes études par une thèse en génétique bactérienne portant sur la régulation des gènes impliqués dans la fixation de l'azote chez les Rhizobiaceae. Mon parcours m'a ensuite amenée à Grenoble où j'ai travaillé en tant que chercheuse postdoctorante au CEA et à l'EMBL avant d'être recrutée par Grenoble INP. J'enseigne depuis 2006 à Phelma et suis en même temps chercheuse au LMGP, où je m'intéresse aux interactions moléculaires entre matériaux et cellules, ou matériaux et molécules du vivant.

 

Comment utilisez-vous vos compétences de chercheur au sein de vos enseignements à Phelma ?

Les notions théoriques en biologie permettent certes de concevoir la complexité du vivant mais ce sont les exemples concrets qui permettent de la comprendre. Dans mes travaux de recherche sur la stabilité des protéines au contact de matériaux, je trouve ces exemples illustrant la dynamique de ces molécules, un concept fondamental du fonctionnement des protéines. J'attache une importance particulière aux projets et travaux pratiques dans l'enseignement de la biologie moderne. Là encore, les étudiants sont impliqués directement dans des thématiques reliées à ma recherche : agrégation de protéines, adhérence de cellules au contact de matériaux. C'est doublement gratifiant car nous pouvons ainsi tester de nouvelles idées en recherche et les étudiants peuvent appliquer leurs connaissances directement sur une thématique de recherche actuelle. Nos collaborations scientifiques nous amènent aussi à développer notre offre d'enseignement : ainsi nous avons mis en place avec les chercheurs du G2Elab et de l'Institut Néel un TP combinant microaimants et microfluidique pour la manipulation de molécules ou cellules biologiques.

 

Quel est l'intérêt pour un étudiant de recevoir des enseignements de la part d'un chercheur ?

La richesse de l'enseignant-chercheur est de pouvoir proposer aux étudiants des applications directes de son enseignement dans des apprentissages reliés thématiquement à sa recherche. Cela passe par la proposition de projets, de sujets de stage mais aussi par la motivation des étudiants pour développer leur propre sujet de recherche en participant à des compétitions interuniversitaires comme iGEM, un concours mondial en biologie synthétique. Finalement le réseau collaboratif de l'enseignant-chercheur peut aussi être mis à profit des étudiants dans l'orientation et le développement de leurs futures carrières professionnelles.

Quelle matière enseignez-vous, dans quelle branche scientifique pour les étudiants de quelle filière ?

J’enseigne la biologie moléculaire et cellulaire, l’immunologie et les capteurs à ADN et protéines (cours magistraux, travaux pratiques et projets expérimentaux) au niveau Master I et II dans les filières SMPB, Biomedical Engineering et Master Nanotech à Phelma. Je donne aussi des cours de préorientation en biotechnologies et microsytèmes appliqués au biomédical. J’interviens dans les programmes (Nano@school, Découverte Ingénieur) destinés aux lycéens afin de promouvoir les métiers d’ingénieurs et de chercheurs et les sciences au sens large chez les jeunes. J’encadre l’équipe iGEM Grenoble.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Fanny Infuso

mise à jour le 28 janvier 2015

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus