Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Témoignages > Elèves

Juline, élève à Phelma, a participé au Challenge Innovatech 2020 !

Publié le 20 mars 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Juline, Yona et Sandra sont trois élèves de la filière Ingénierie Physique pour la photonique et la microélectronique (IPhy) de Grenoble INP - Phelma. Elles ont un autre point commun, elles ont participé au Challenge InnovaTech 2020 Rhône-Alpes qui s’est déroulé le 6 février dernier dans les locaux de l’ECE à Lyon. Cet événement est organisé depuis plusieurs années par l’association « Elles bougent ». Juline nous raconte comment elle a vécu cette belle expérience et nous parle de son parcours à l’école.

web

web

Vous avez participé au challenge InnovaTech Rhônes-Alpes 2020. En quoi consiste cet événement ?

Le challenge InnovaTech est une journée dédiée à l'innovation et à la promotion du monde de l'ingénierie pour les femmes. Au début de la journée, des équipes intergénérationnelles sont formées : elles sont composées de femmes ingénieures, d'étudiantes ingénieures et de lycéennes. Le but est d'imaginer ensemble un produit ou un service innovant lié à l'industrie du futur et de « pitcher » cette idée devant un jury à la fin de la journée. C'est l'occasion de rencontrer des femmes ingénieures, mais aussi de partager notre propre expérience auprès des lycéennes pour montrer que les femmes ont leur place dans le monde de l'ingénierie et de l'innovation.

Avec mon équipe nous avons choisi de travailler sur le thème de l'alimentation du futur. Notre idée était de mettre en place un système permettant d'abord de connaître les besoins alimentaires d'une personne en temps réel grâce à un système non intrusif, puis de lui proposer des recettes adaptées en fonction de ses goûts, de ses activités sportives et de la saison. L'objectif de ce projet serait d'économiser les ressources et de permettre à la population de mieux se nourrir en respectant la planète.
 

Qu'est-ce qui vous a motivée pour y participer ?

J'avais envie de découvrir le monde de l'innovation car je suis intéressée par l'entreprenariat. Pouvoir discuter avec des ingénieures de leur parcours et de leur métier était très intéressant. J'aime aussi transmettre ma passion pour les sciences aux plus jeunes, j'étais enthousiasmée par l'idée de pouvoir aider des lycéennes à s'orienter.
 

Pourquoi avoir choisi une formation en école d’ingénieurs ?

J'ai toujours été intéressée par les sciences et en particulier la physique. Au lycée j'avais choisi l'option Sciences de l'ingénieur plutôt que Sciences de la vie et de la terre. Je me suis ensuite orientée vers la Prépa des INP de Grenoble après avoir hésité avec une licence de physique, mais n'étant pas sûre de vouloir continuer dans le monde de la recherche, je me suis plutôt orientée vers une formation en école d'ingénieurs.
 

Quelle filière avez-vous choisi et pourquoi ?

J'ai choisi la filière Ingénierie Physique pour la microélectronique et la photonique (IPhy). Comme je l'ai dit, je veux faire de la physique depuis le lycée donc c'était une évidence pour moi à la fin de la première année à Phelma. Je suis très contente de mon choix.


(NDLR - L’association « Elles bougent » est née officiellement en 2006. Son objectif est d’attirer plus de jeunes femmes lycéennes et étudiantes vers les métiers de l’ingénierie. Le challenge InnnovaTech est une des nombreuses actions menées par l’association. C’est un évènement national intergénérationnel qui existe depuis 2016. Pour relever le challenge, chaque équipe doit concevoir un objet ou un service innovant sur le thème qui lui a été donné. Tout au long de l'année, l'association organise de nombreux évènements dans le but de faire découvrir aux étudiantes toute la richesse des filières scientifiques et technologiques et ainsi prouver que ces métiers (dits plutôt « masculins ») sont également accessibles aux femmes).
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 24 mars 2020

Université Grenoble Alpes