Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école

Egalité des chances à Grenoble INP - Phelma, UGA durant la crise « Covid-19 »

Publié le 27 janvier 2021
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Le principe d’égalité des chances est une des valeurs affichées par l’établissement Grenoble INP, UGA et à laquelle l’école Grenoble INP - Phelma, UGA est particulièrement attachée. Dès la rentrée universitaire 2020/2021, la direction de l’école a souhaité mettre en place diverses mesures, dans le but de protéger le plus possible les étudiants de l’isolement, de la solitude, du sentiment d’abandon, de la dépression…

Phelma_Carrousel_Actu_Egalite_des_chances

Phelma_Carrousel_Actu_Egalite_des_chances

C’est pourquoi dès le mois de septembre 2020, la direction de l’école a décidé de prêter gratuitement à des étudiants en situation de difficultés financières, des ordinateurs portables à domicile gérés par la bibliothèque. Ainsi 15 étudiants ont bénéficié de portables neufs pour une durée déterminée.

La crise sanitaire liée à la Covid-19 et le confinement ont accentué la précarité numérique. Les cours à distance s’étant généralisés, le besoin en matériels s’est accentué et la durée des prêts s’est transformée en durée indéterminée afin de permettre aux étudiants de travailler en toute sérénité.

Dès le 16 novembre, la direction de l’école a souhaité accueillir durant cette seconde période de confinement, à titre exceptionnel, les étudiants en difficultés numériques (problèmes de connexion ou de matériel inapproprié) ou psychologiques. Un protocole strict a été établi dans le respect des règles sanitaires pour la sécurité des étudiants et du personnel de l’école travaillant sur site. Un tableau d’émargement (nom, prénom, année, filière, dates et horaires d’arrivée et de départ dans les bâtiments) a été déposé dans le hall. A leur arrivée les étudiants doivent indiquer le choix de la salle dans laquelle ils souhaitent s’installer parmi celles proposées (box, grandes salles de cours) et les salles informatiques (libre-service) en respectant la jauge limite indiquée pour chaque salle. Chaque jour le tableau d’émargement est actualisé.

Dès le 23 novembre, l’école a autorisé les Travaux Pratiques (TP) et les Bureaux d’Etudes en présentiel. Au préalable les enseignants ont dû renseigner un tableau (nombre d’élèves/groupe, nombre d’heures/semaine, lieu de la formation, raison du maintien de l’enseignement en présentiel, description des équipements et des matériels indispensables à l’enseignement). Ce document a été transmis au Rectorat pour accord. Les emplois du temps ont été adaptés de façon à optimiser les déplacements des élèves.

Dans ce contexte, l’organisation des TP a été également modifiée. Dès l’annonce du 2e confinement, certains enseignants, selon le contenu de leurs TP, ont choisi soit de les annuler en présentiel et d’utiliser les logiciels de simulation à distance (TP informatique), soit de les autoriser sur site. Chaque élève a manipulé son propre matériel qu’il gardera jusqu’à la fin de l’année. La distanciation a été bien évidement respectée.

Les examens se déroulent également sur place depuis le 23 novembre avec l’accord du Rectorat. Une procédure a été mise en place pour assurer la sécurité des surveillantes et des étudiants (nombre d’étudiants par salle, distanciation, aération, etc.). Les enseignants sont sollicités pour épauler les surveillantes et veiller au bon déroulement des examens dans le respect des règles sanitaires. Par ailleurs, des attestations individuelles de déplacement ont été envoyées à chaque étudiant afin de faciliter leur venue à l’école.

Toutes ces mesures ont été mises en place très rapidement pour éviter, dans la mesure du possible, l’isolement des étudiants avec le risque de décrochage ou de mal-être dus à la solitude et au stress. Ce phénomène est d’autant plus risqué pour les étudiants de première année qui n’ont pas eu le temps de tisser des liens avec leurs camarades de promotion, ni de connaître leurs enseignants, et qui doivent s’adapter à la gestion du temps, des cours et des révisions à distance, bien qu’ils bénéficient de l’accompagnement de diverses associations étudiantes de l’école.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 22 février 2021

Université Grenoble Alpes