Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

Guillaume SERS, ancien élève de Phelma et ingénieur produit à THALES : "Le profil multicompétences est une bonne chose !"

Publié le 21 octobre 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
1 novembre 2015

A l'occasion de la Journée des Partenaires Phelma, rencontre avec Guillaume SERS, ingénieur produit à THALES dans le secteur des détecteurs rayon X pour l’imagerie médicale et ancien élève (diplômé 2004) de l’Ecole Nationale Supérieure de Physique de Grenoble (ENSPG), une des trois écoles fondatrices de Phelma avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Electronique et de Radioélectricité de Grenoble (ENSERG) et l’Ecole Nationale Supérieure d’Electrochimie et d’Electrométallurgie de Grenoble (ENSEEG). Si Guillaume

Guillaume SERS THALES

Guillaume SERS THALES

Quel a été votre parcours ?

J’ai suivi le cursus ingénieur de l’ENSPG avec une spécialité « Matériaux de structure ». Après un stage de PFE chez Swatch, en Suisse, j’ai trouvé mon 1er emploi chez Philips, à Grenoble (Crolles 2). J’ai travaillé durant deux ans dans le domaine de la fiabilité pour la microélectronique, les nanomatériaux et les matériaux fonctionnels. J’ai ensuite été embauché en Allemagne chez Qimonda (fabriquant de mémoires DRAM, issue d’Infineon), toujours dans le domaine des semiconducteurs et de la fiabilité des matériaux, des transistors et des interconnexions au sein des circuits imprimés. Au bout de deux ans, je suis finalement retourné en France pour travailler à THALES. Depuis 5 ans, je suis aujourd’hui ingénieur produit dans le secteur des détecteurs à rayon X pour l’imagerie médicale. Ainsi, d’un profil plutôt spécialisé « matériaux de structure », je travaille aujourd’hui de manière plus transversale sur plusieurs secteurs : électronique, matériaux, et traitement du signal.

Le cursus Phelma (ou ancienne école) est-il adapté pour trouver votre travail ?


Le profil « multicompétences » acquis à l’ENSPG, et toujours présent à Phelma, est une bonne chose : le socle commun de compétences générales, acquis notamment en première année, m’a permis d’avoir une culture scientifique et technique large, d’être capable de m’adapter à différentes situations et de comprendre les différentes composantes d’un produit donné.

Que direz-vous à un futur ou actuel étudiant qui se poserait des questions vis-à-vis de l’emploi ?


Il faut sauter sur les opportunités, se lancer dans des stages et les métiers ! Les compétences qui nous font embaucher par les entreprises sont celles acquises sur les stages ! Ensuite, il faut savoir que l’avantage d’une école d’ingénieurs, c’est la notion de réseaux : réseau des camarades de promotion, réseau Grenoble INP – Alumni, … tout autant de pistes pour trouver un emploi. Enfin, la motivation ! Un étudiant motivé, ça se voit vraiment… et rapidement. Et cela motive réciproquement l’entreprise à vous recruter !


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Alexis Sableaux

mise à jour le 22 juin 2016

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus