Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Témoignages > Elèves

Antoine, diplômé Grenoble INP - Phelma 2016 est président de l’entreprise JAYA

Publié le 8 octobre 2020
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Antoine, diplômé 2016 de la filière Signal, Image, Communications, Multimédia (SICOM) est aujourd’hui président de la jeune entreprise JAYA. Le but de la structure est de contribuer à l’enrichissement et au partage des connaissances en agroécologie au travers d’un outil numérique qui favorisera aussi le partage d’expérience entre ses utilisateurs. Julien Eymard, ingénieur Phelma 2016, filière Physique-Nanosciences (PNS) fait également partie de l’aventure JAYA !

web

web

Quelle filière avez-vous choisi à partir de la 2e année et pourquoi ?

A partir de la 2e année à Grenoble INP - Phelma, j'ai choisi la filière Signal, Image, Communications, Multimédia (SICOM). J'ai toujours eu une attirance pour les domaines mathématiques, et c'est assez naturellement que j'ai opté pour cette filière. C'est d'ailleurs la filière que j'avais renseignée sur le questionnaire lors de l'amphithéâtre de rentrée !
 


Que faites-vous aujourd’hui ?

Aujourd'hui, je suis en cours de création d'une entreprise, JAYA. Nous développons une application dont le but est de guider la conception et la culture d’un potager, de la jardinière de balcon au potager en pleine terre, en se fondant sur les principes de la permaculture. Il s'avère d'ailleurs qu'un de mes associés dans cette aventure est Julien Eymard, ingénieur Phelma de la même promotion que moi, de son côté, il a suivi la filière Physique-Nanosciences (PNS). Afin d'avoir plus d'informations sur ce projet et nos ambitions, je vous invite à visiter notre site internet : www.jaya-garden.fr
 

Quel a été votre parcours depuis la sortie de l’école ?

Avant de me lancer dans l'aventure JAYA, j'ai travaillé pendant presque deux ans en tant que Data Scientist dans l'intelligence artificielle appliquée au traitement d'images chez BULL à Echirolles. En parallèle de cela, j'ai récemment été formé à l'animation de la fresque du climat, qui pourrait d'ailleurs être un excellent atelier à proposer dans le cursus Phelma.
 

Vos études à Phelma sont-elles en adéquation avec le poste que vous occupez ?

Mon poste de président d'une très jeune entreprise nécessite que je sois à la fois capable de répondre à des enjeux techniques (le développement de l'application entre autres), mais aussi administratives. Il se trouve que j'ai pu suivre le double cursus avec l'IAE, ce qui m'est d'une grande aide dans ce domaine. La seule dimension sur laquelle j'ai pu ressentir un manque est la mesure d'impact (social et environnemental) des projets auxquels j'ai participé. Une piste intéressante de module à inclure dans tout cursus supérieur selon moi.
 

Comment voyez-vous votre rôle/place d’ingénieur Phelma dans la société d'aujourd'hui et de demain, notamment vis à vis du réchauffement climatique et de la transition énergétique ?

A mon sens, le rôle de l'ingénieur a toujours été de développer et créer des solutions pour améliorer les conditions de vie de ses concitoyens. Néanmoins, face à l'urgence climatique et environnementale actuelle, le temps de l'innovation à tout prix est révolu. L'heure est à la sobriété, et la décision de mener ou non un projet doit s'accompagner d'une réflexion en profondeur sur l'impact climatique et environnemental qu'il aura et ceci d'autant plus que le projet sera à dimension technique. Il est donc de notre devoir en tant qu'ingénieur de nous poser les bonnes questions lors du développement d'un projet. Ce qui est loin d'être chose simple. S'il existe bon nombre de projets intrinsèquement superflus, d'autres peuvent sembler en première lecture bénéfiques. Cependant, l'effet rebond aura montré que bien des innovations finissent par avoir des impacts négatifs inattendus. C'est pourquoi il est essentiel que nous y soyons sensibilisés le plus tôt possible dans notre parcours.
 

Quelle est, selon vous, la force de Phelma vis-à-vis du monde du travail ?

Selon moi la plus grande force de Phelma vis-à-vis du monde du travail est la capacité d'adaptation des ingénieurs qui en sont diplômés. Le nombre de parcours différent dont j'ai pu entendre parler est vraiment impressionnant !
 

Racontez-nous un souvenir qui vous a marqué durant votre parcours à Phelma.

Au delà d'un souvenir particulier, ce sont les rencontres que j'ai faites au cours de mes études à Phelma qui m'ont marqué et qui continuent d'influencer mon parcours.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 5 octobre 2020

Université Grenoble Alpes