Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Toutes les actualités

Trois élèves Grenoble INP - Phelma, UGA contribuent au développement de ThingSat, le nouveau nano-satellite conçu à Grenoble !

Publié le 4 février 2022
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Guillaume Prevot, Baptiste Gabriel-Robez et Lisa Barrau sont trois élèves de Grenoble INP - Phelma, UGA, filière Systèmes électroniques intégrés (SEI) et filière Systèmes embarqués et objets connectés (SEOC). Ils ont contribué au lancement du nano-satellite ThingSat à travers un stage proposé par le CSUG, Centre spatial universitaire de Grenoble (UGA / Grenoble INP - UGA). ThingSat est le deuxième projet de nano-satellite du CSUG à être mis en orbite. Le lancement s'est déroulé le 13 janvier 2022 de Cap Canaveral (Floride, USA) à 16 h 25 heure française sur un lanceur Space X Falcon 9 (mission Transporter 3). Son objectif ? Connecter par satellite, à très faible coût énergétique, des objets "connectés" en zones isolées (zones polaires, océans, déserts, forêts tropicales, etc.) pour de nombreux cas d’usages tels que la surveillance du climat et des espaces sensibles, la prévention des risques naturels ou pour les entreprises ayant des flottes d’objets très dispersés.

web

web

Développé en un temps très court (1 an) l’instrument (ou charge utile) ThingSat a été embarqué à bord d’un nano-satellite partagé (STORK) développé par la société SatRevolution et placé sur une orbite polaire à une altitude d’environ 500 km.
 

ThingSat : un nanosatellite au service de l’internet des objets des territoires isolés

L’internet des objets consiste à connecter des objets à internet pour leur permettre d’échanger des informations à distance, telles que des mesures ou des commandes. Aujourd’hui, une large partie de la surface du monde (régions rurales d’Asie et d’Afrique subsaharienne, les régions polaires ou bien les archipels océaniques) n’est couverte par aucun réseau terrestre (2G/3G/4G, Wifi, etc.). Ces régions isolées ont cependant un besoin de connectivité pour un très large panel d’applications telles que la surveillance de balises isolées pour la mesure de paramètres environnementaux pour améliorer notre compréhension du système climatique (dans un contexte de changement global), la prévention des risques naturels ou encore l’organisation de secours.
 

ThingSat : un nanosatellite innovant au service de la surveillance de l’environnement

Le projet ThingSat a pour objectif de concevoir et de valider des protocoles de communication (technologie LoRa®) robustes longue distance, basse consommation énergétique, entre un cubesat (satellite de très petite taille embarquant le logiciel open-source RIOT) et des objets au sol, isolés de tout réseau terrestre internet ou électrique. Il s’inscrit dans l’intérêt général en s’intéressant plus particulièrement à la surveillance d’objets isolés en zones polaires, pour monitorer notamment la température ou la hauteur des glaciers (en partenariat avec l’Institut Polaire Paul-Emile Victor), la surveillance d’objets isolés dans la zone économique exclusive (ZEE) de la Polynésie Française (coopération avec l’Université de la Polynésie française), la diffusion du temps d’une façon sécurisée avec la société Gorgy Timing.

Lisa Barrau est élève en 2e année, filière Systèmes électroniques intégrés (SEI). Elle a réalisé un stage proposé par le CSUG pour une durée de 10 semaines. Elle l’a réalisé dans les locaux de l'IMEP-LAHC* qui dispose de plusieurs plateformes expérimentales où elle a pu concrétiser ses recherches. L'objectif de son stage était de concevoir une antenne microstrip à 2.4 GHz pour la ground-station du satellite ThingSat. Elle a également eu l'occasion de caractériser des antennes déjà fabriquées afin de vérifier si elles répondaient au cahier des charges imposées par le CSUG.
 

Découvrez son interview vidéo





En 2020, un premier projet du site universitaire grenoblois a été lancé en orbite : AMICal Sat. Le lancement a eu lieu dans la nuit du 3 septembre 2020 à bord d’un vol Véga d’Arianespace depuis Kourou, en Guyane. AMICal Sat a embarqué en son cœur un dispositif prenant des images d’aurores boréales et australes depuis l’espace. Joan Rodriguez, élève dans la filière par l'apprentissage Microélectronique et Télécommunications (MT) a contribué au développement de la charge utile du nanosatellite AMICal Sat.

Découvrez son interview : Joan Rodriguez : la tête dans les étoiles

 
* L'Institut de Microélectronique Electromagnétisme et Photonique et le LAboratoire d'Hyperfréquences et de Caractérisation
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 6 mai 2022

Université Grenoble Alpes