Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Toutes les actualités

Une semaine pour l’égalité Femmes - Hommes organisée par deux associations étudiantes !

Publié le 1 mars 2021
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

« Ingénieurs Citoyens » et « Adelphie », deux associations de Grenoble INP - UGA ont organisé la première semaine pour l’égalité Femmes - Hommes, « 100 % en ligne », du 1er au 5 février 2021. De nombreux événements étaient proposés aux élèves, notamment, une conférence/ table ronde ayant pour thème « la mixité Femmes Hommes dans le monde du travail ». Les invitées de cet après-midi étaient Céline Ternon chargée de mission « Égalité Femme - Homme » à Grenoble INP - UGA et vice-présidente de l’association Parité Science, ainsi que Karine Froger et Delphine Marhic, toutes deux, ingénieures travaillant chez Renault.

web

web

Par son intervention intitulée "La mixité femmes-hommes, on a toutes et tous à y gagner !", CélineTernon, également enseignante-chercheuse à Grenoble INP - Phelma, UGA nous a tout d’abord aidé à comprendre le faible pourcentage de femmes dans le milieu de la recherche et dans les milieux scientifiques en général. Les néophytes sur la question ont alors pu découvrir que ce phénomène fait suite au cumul de plusieurs éléments : inconscient collectif, éducation, stéréotypes, biais sexistes, orientation… Une fois ce constat établi et justifié, Céline Ternon a présenté l’intérêt de la mixité pour le bien-être de chaque personne et comme source de performance pour les entreprises et l’ensemble de la société. Prenons un exemple concret, les entreprises qui ont le mieux résisté à la crise économique de 2008 sont justement celles où les équipes managériales présentaient la plus grande mixité.

Karine Froger et Delphine Marhic, toutes les deux ingénieures chez Renault étaient les témoins-clés de cette conférence. Elles ont fait part de leur expérience professionnelle dans le monde de l'industrie automobile, secteur où l’on retrouve également une féminisation décroissante lorsque le niveau hiérarchique s’élève. Face à ce constat, l'entreprise a mis en place le mouvement « Women@Renault » afin, notamment de mettre en avant des "rôles-modèles" puis a récemment adhéré à l’initiative StOpE[1], favoriser la mixité à tous les niveaux hiérarchiques et lutter contre la source du phénomène : sexisme ordinaire, stéréotypes, mais aussi l’impact de l’éducation sur la confiance en soi. En effet, à niveau de compétences égales, les femmes se sentent souvent moins légitimes que les hommes à accepter un nouveau poste ou une promotion. Et lorsqu’elles osent demander une promotion, les stéréotypes guettent partout, comme l’a rapportée Karine Froger.


[1] StOpE


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 15 mars 2021

Université Grenoble Alpes