Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école

AMI*: 3 millions d’euros pour la filière Hydrogène

Publié le 10 octobre 2022
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Le projet AMHY (Accélération du Montage des formations Hydrogène) fait partie des 66 lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt "Compétences et métiers d’avenir" de France 2030. Le projet a été doté d’une aide de plus de 3 millions d’euros. 8 partenaires de la région grenobloise se sont associés pour travailler durant 5 ans sur le développement de formations et de compétences dédiées à la filière Hydrogène. Florence Druart, enseignante-chercheuse à Grenoble INP - Phelma, UGA en est la coordinatrice.

web

web

Le consortium est composé d’acteurs académiques, d’entreprises et de pôles de compétitivité de la région Auvergne-Rhône-Alpes mais a vocation à collaborer et à étendre ses partenariats au-delà : UGA, Université Grenoble Alpes ; Grenoble INP - UGA, Institut d’ingénierie et de management, établissement composante de l’UGA ; le CMQe Smart Energy Systems Campus, campus des métiers et des qualifications d’excellence; Air Liquide Advanced Technologies leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé, ayant en particulier des savoir-faire dans le domaine de la mise en œuvre de l’hydrogène (sécurité, liquéfaction, stockage, stations de distribution, piles à combustible…); SEED ENERGY, une start-up développant un logiciel de simulation des systèmes multi-énergies ; ENERKA conseil, un bureau de conseil spécialisé dans la chaîne hydrogène ; le Pôle de compétitivité Axelera pour la gestion maîtrisée de la matière et des ressources ; le pôle Tenerrdis, pôle de compétitivité de la transition énergétique.

Couvrant l’ensemble du secteur hydrogène (acteurs, chaîne de valeurs, usages finaux), le projet AMHY de Grenoble a pour objectif de porter les ruptures technologiques issues de la recherche vers les formations Bac+3 à Bac+5. Il ambitionne également de développer l’éducation en matière de transition énergétique « zéro carbone », l’orientation des jeunes vers les formations correspondantes, et l’attractivité de l’industrie. Pour ces enjeux d’actualité, le projet a été soutenu par France Hydrogène, France Chimie AURA, la fédération de recherche CNRS FRH2, le CEA, Michelin, Ugitec, le recteur de la région académique AURA.

* : Appel à manifestation d’intérêt (AMI) - "Compétences et métiers d’avenir" : Lancé en décembre 2021, l’appel à manifestation d’intérêt "Compétences et métiers d’avenir" vise à identifier les projets de formation en phase avec les priorités stratégiques nationales de France 2030 : "hydrogène vert et énergies renouvelables, décarbonatation de l'industrie, alimentation et agriculture, santé, technologies numériques, spatial ....". Il a pour objectif d’anticiper et de contribuer à satisfaire les besoins en emplois ou en compétences et que ceux-ci soient reconnus par des titres, des certifications ou des diplômes. Il doit pour cela accélérer la mise en œuvre des formations préparant à ces métiers d’avenir, qu’il s’agisse de formations initiales ou continues. Il est opéré conjointement par l’Agence nationale de la recherche et la Banque des Territoires pour le compte de l’État. A l’issue des travaux des experts et du jury international, 66 lauréats ont été retenus sur les 93 dossiers instruits lors de cette première vague. Pour cette première vague, le montant de financement par l’État s’élève à environ 304 M€.
 
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 17 octobre 2022

Université Grenoble Alpes