Aller au menu Aller au contenu
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui
L'école d'ingénieurs de physique, électronique, matériaux
Les technologies de demain s'imaginent aujourd'hui

> L'école > Toutes les actualités

Clara Aimar fait mousser les polymères

Publié le 26 mars 2021
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

Diplômée de Grenoble INP – Phelma, UGA, filière Science et ingénierie des matériaux (SIM) et doctorante au 3SR*, Clara Aimar vient de remporter le premier prix du Jury « Ma Thèse en 180 secondes » (MT180) lors de la finale Alpes du concours. Elle travaille sur les mousses polymères pour les chaussures de sport avec Décathlon.

mt180clara

mt180clara

Sa présentation sur les mousses, qu’elles soient au chocolat ou de polymères, lui a porté chance. Clara Aimar, actuellement en deuxième année de thèse au 3SR, vient de remporter le premier prix du jury lors de la finale Alpes de MT180 le 9 mars dernier. La jeune chercheuse, qui a intégré Grenoble INP - Phelma après avoir passé deux ans à La Prépa des INP à Toulouse par amour pour les matériaux, travaille aujourd’hui les mousses polymères qui constituent les semelles des chaussures de sport.

C’est un stage chez Décathlon, réalisé dans le cadre de son projet de fin d’études d’ingénieur, qui la décide à poursuivre ses travaux par une thèse sur le même thème : faire en sorte que les mousses polymères soient plus résistantes aux efforts mécaniques répétés, de façon à ce que les chaussures proposées protègent mieux le sportif et plus longtemps. « Il en va de la santé des coureurs, mais également de celle de notre planète, souligne Clara Aimar, soucieuse de réduire les déchets. A l’heure actuelle, les meilleures chaussures sont bonnes à jeter après 1000 kilomètres de course. Idéalement, il faudrait multiplier ce chiffre par 2 puis par 10. » Pour cela, la chercheuse travaille sur l’optimisation des « recettes » de ces mousses qui n’ont rien de chocolaté : les ingrédients, les procédés de mises en forme, la température de « cuisson », etc. Elle espère ainsi obtenir des nouvelles textures permettant d’améliorer propriétés mécaniques des mousses, qu’il faudra ensuite tester avant l’étape d’industrialisation.
 

Des débuts chaotiques


Pourtant, tout n’avait pas forcément bien commencé… Il y a un an tout juste, le laboratoire dans lequel elle travaille est dévasté par un incendie, trois mois à peine après le début de sa thèse. « Toutes les machines sur lesquelles j’avais commencé à mettre en place quelques manips sont parties en fumée, » explique-t-elle. Si le coup est rude, la jeune doctorante ne se démonte pas. Elle profite de cet éloignement forcé du laboratoire pendant plusieurs semaines pour faire de la bibliographie et préparer les analyses de résultats pour la suite.

Aujourd’hui, la plupart des machines a pu être remplacée grâce au soutien financier du CNRS, de Grenoble INP et de l’Université, tutelles du laboratoire, et Clara a pu reprendre ses expériences.

Clara représentera, avec Maxime Leprince doctorant au CERMAV (CNRS) et au CEA-LETI, le regroupement « Universités Grenoble Alpes Savoie Mont Blanc » lors de la demi-finale nationale du concours MT180 organisé en France par le CNRS et la CPU. En attendant les résultats, elle suivra de près les prestations de ses concurrents des autres régions. Bonne chance !

Découvrir les prestation de la Finale MT180 Alpes 2021 (Clara Aimar à partir de 44')
 


Pour en savoir plus :
*CNRS, Grenoble INP – UGA, UGA
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail cet article Facebook Twitter Linked In

mise à jour le 26 mars 2021

Université Grenoble Alpes